• Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

Révélations sur les planètes du système solaire en 2015 et Salon du Livre de Mennecy 2016

29122015

Je découvre un magnifique reportage sur MSN de RFI et je ne m’étonne qu’au deuxième degré car ces nouvelles ont été énumérées tout au long de l’année 2015, bien que l’épopée Tchoury ait battu son plein en 2014 et s’achève maintenant et que les autres planètes du système solaire ont dévoilé beaucoup de leurs secrets déjà les années d’avant, grâce aux ingénieux satellites qui les ont scrutées, ceux de l’ESA et ceux de la NASA. En 2015 Pluton a été photographiée de relativement près 11,000km. Celle qu’on appelait « la plus petite du système solaire » a dévoilé ses paysages de montagnes aux glaces azotiques éternelles, à l’aide des appareils de la sonde « New Horizons » et les descriptions passionnantes qu’en ont fait les spécialistes du magazine « Ciel et Espace » de l’Association Française d’Astronomie, tout cela fait que Pluton a mobilisé une attention particulière des spécialistes et aussi des amateurs passionnés de cosmologie. La position étrange de Pluton dans le cosmos la fait dévier de l’écliptique mais elle reste dans le système solaire, car elle est attirée par une planète X mystérieuse entre le Nuage d’Oort et la Ceinture de Kuiper.

Dans « Mars conquête décisive » l’eau a été trouvée sur la planète rouge, ainsi que des bactéries annonciatrices d’éventuelles formes de vie passées et qui sait, peut-être encore présentes à un stade de développement lent mais réel, non encore découvert. Avec « CosmoS 21 – de Jules Crevaux à Constatin Tsiolkovski » présenté au « Salon du Livre d’Île de France de Mennecy 2016″ les 6 et 7 février, une analyse romancée démontre qu’en tout logique, l’Homme ne s’aventurera jamais au-delà de notre système solaire, même à l’aide de techniques les plus avancées et aussi celles que l’avenir apportera. Les voyages au travers des « trous de ver » y sont décrits comme fantaisistes, de plus, extrêmément nombreux sont les aléas liés au confinement prolongé des humains dans les vaisseaux spatiaux. Une plate-forme géostationnaire préparera néanmoins de longs voyages interstellaires selon les théories de Constantin Tsiolkovski, avec son ascenseur spatial, mais comment tiendra le câble reliant Terre à la plate-forme…encore toute une histoire.
La suite de « Mars conquête décisive  » est – « CosmoS 21 – de Jules Crevaux à Constantin Tsiolkovski ».
Wladimir Vostrikov




Marina Tsvetaeva le 15 décembre 2015 soirée au CRSC Paris

17122015

Российский Центр Науки и Культуры в Париже о Марине Цветаеве 15го декабря 2015

17

12

2015

О Марине Цветаеве
- То что я не успел рассказать на французском языке и подготовил на русском.
– Семья моей матери, Антонины Михайловны Айкановы жила по адресу 129 авеню дэ Кламарт в городе Ванв. Семья Айкановых поселилась в этот дом в 1928-ом году. Последний Айканов был мой дядя, Митрофан Михайлович. Он жил в этом доме до 1994-го года.

- Дом 19-го века расположен так что стоит на туповом углу, с одной стороны авеню дэ Кламарт и с другой, рю Жан Баптист Потен. Айкановы живут в квартире которая даёт на первом этаже, на садик с огромным каштаном, со второго этажа каштан давал впечатление леса, таким он был густым. Город Ванв сразу за 15–ом кварталом Парижа.

- Поэтессу Марину Ивановну Цветаеву знает весь Париж Русской эмиграции. До Ванва семья Цветаевых-Ефрон с детьми, жила некоторое время близко от Ванва, в городе « Медон » где уже установились Российские эмигранты как и в городе Шавиле, но главном образе в 15-ом квартале Парижа.

- В 1934-ом году, Марина Ивановна Цветаева с семьёй поселились на третьем этаже в ванвском доме.
- Обе семьи дружили и часто встречались. Поэтесса восхищалась когда смотрела на каштан и о нём сочиняла стихи. Жизнь была не лёгкой для всех, и об этом писала Зинаида Шаховская директор газеты « Русская Мысль » в книге « Отражения » в которой она публикует переписку с Мариной Цветаевой.
- Муж Сергей Ефрон со старшей дочерью Ариадной, скоро в 1937-ом году вернулись в Россию. Марина Цветаева с сыном « Муром » вернулись в Россию в 1939-ом году и перед отъездом в июле 1938-ого года отдала свой « письменный стол » моему деду Михаилу Порфирьевичу Айканову. В ответ, мой дед написал шутливые стихи.

- В последствие конторка как её называют в Москве, письменный стол как мы его называли, всю нашу жизнь находился в нашей семье, 76 лет. Последние десятки лет, у меня и один год в « Российском Центре Науки и Культуры » в Париже. Именно как писал мой дед, я думал что память о нём исчезнет. До 1984-го года я принимал участье в ассоциации Франция-СССР в городе Аннемассе. После переезда ближе к Парижу, стал заходить в « Российский Центр Науки и Культуры » в Париже. Игорь Александрович Шпынин и Инна Геннадьевна Меркулова мне помогли. Конторка, письменный стол поэтессы Марины Ивановны Цветаевой, находится благодаря усильям центра РЦНК в « Доме Музее Марины Цветаевой » в Москве на своём естественном месте.

Дополнительно:
- Рю Жан Баптист Потэн, за некоторое время в тридцатых годах, номер переменился от 33-го на номер 65 – построили в те времена, целый ансамбль домов.
- Почему именно в этот дом переехали Цветаева и Ефрон – Думаю, одна семья нашла место и другая последовала за ней. Так случайно получилось.
- Медон, город где уже существовала русская православная церковь.
- Моя семья со стороны матери жила до Ванва в Париже, и до этого в городе Тулузе когда приехали из Кипра и Болгарии, через порт Ниццы.
- Сергей Ефрон муж Марины Цветаевой был офицером в белой армии и судьба остановила его в Берлине в 19ом году. Первая дочь Цветаевой умерла, когда ей было 3 года, во время после революционного периода. Марина Цветаева решила приехать на место где муж её ждал. Из Берлина в Прагу и из Праги в Париж. Всю историю Вы знаете лучше меня.
- Когда мой отец вернулся в Париж в 1945-ом году, после плена в Австрии, от куда совершил побег к Югославским Партизанам, наша семья Востриковых жила в продолжение квартиры Айкановых которая давала на 65, рю Жан Баптист Потэн, потом мы дети были в пансионах. До плена, отец и мать жили в городе Шавиль.
- Всё что я знал, и мой брат Георгий тоже о Марине Цветаевой, наша мать Антонина Михайловна Айканова нам рассказывала уже в сороковых годах. Мой дед Михаил Порфирьевич Айканов, мои тёти и дяди всё держали для себя, но я знаю что все увлекались поэзией. Мать писала стихи и дядя Митя больше всех.
Владимир Востриков




Mains propres avant de toucher un satellite en partance pour l’espace

10122015

Lorsqu’un satellite, une sonde et/ou n’importe quel autre objet est envoyé dans l’espace par les moyens conventionnels, quelques précautions inévitables sont prises, comme la mise en application de tous les moyens antiseptiques concernant toutes les parties d’un module afin d’effacer toute trace biologique humaine comme l’ADN et aussi bactéries et microbes. Les raisons sont nombreuses. Une des raisons est que si le satellite est capturé par une intelligence extraterrestre, aucun danger ne devrait présenter une menace éventuelle pour l’humanité. Il existe certainement un grand nombre de menaces qui seront développées dans ce blog : http://www.vladex.unblog.fr

Lavez-vous les mains avant de toucher un module ou un satellite sur le point d’être lancé dans l’espace.

Commentaires bienvenus sur cet espace ou vladex@sfr.fr




Fait pas beau pour les Géminides

10122015

Tous les cieux sont beaux, absolument tous lorsque la voûte céleste est visible au-dessus de soi. Le jour on peut deviner le temps qu’il fera jusqu’au soir ou simplement constater qu’il pleut, qu’il vente ou qu’il neige, mais la nuit, si le ciel est découvert c’est la magie naturelle qui s’opère avec les étoiles, les planètes, les constellations qu’on tente de localiser, les météorites. Justement les nuits du 11 au 14 décembre, si vous vous levez tôt pour aller au travail, si vous allez vers la gare prendre le train ou vous engouffrer dans une bouche de métro, ou si vous êtes obligé de prendre votre voiture – prenez quelques secondes et arrêtez-vous. Regardez le ciel vers le Nord, si le ciel est découvert ce qui est souvent le cas le matin même après une journée pluvieuse, fixez votre regard pendant ces quelques instants qui vous éloigneront de tous vos soucis et écarteront les problèmes, vers le Nord entre cinq heures et sept heures du matin. Si le ciel est clair dépourvu de nuages, la Lune ne devrait pas gêner, vous pourrez admirer une des plus grosses pluies de l’année, une pluie d’astéroïdes avec un radiant provenant de la constellation des Gémeaux. Ce sont les « Géminides ». Ces quelques instants risquent de vous mettre en retard, car on peut se prendre au jeu, mais ce n’est pas grâve car ce sera un sujet d’actualité en provenance de l’univers que vous pourrez raconter à votre entourage toute la journée et les jours suivants.

Wladimir




Plats simples et exotiques très divers à Baïkonour

7122015

Photo-0134

exemplaires disponibles: vladex@sfr.fr

Pour avoir des idées simples et exotique, je vous offre un extrait de mon livre « Mars conquête décisive« . De bons repas sur le site spatial russe du Kazakhstan. Des mets succulents bien arrosés, à vous de deviner les recettes !

Igor se lève et quitte la salle de conférence pendant que Vladimir Toumanov invite l’assistance à aller se restaurer dans les restaurants de la base et pour ceux qui le souhaitent, aller visiter le site du « PCHP ». En dehors de la salle de conférence, tous les astronautes, cosmonautes se trouvent ensemble dans des réunions de travail et à 13 heures, les cosmonautes russes suggèrent à leurs collègues européens et américains d’aller tous ensemble au restaurant « Tchaïka ». En réalité c’est Igor Samsonov qui avait préparé l’invitation et le personnel du restaurant les attendait déjà. Igor accompagne une délégation américaine, tandis que Léo Templer accompagne Vladimir Toumanov et une délégation européenne dans deux autres restaurants éloignés de la base. Il faut dire que tous ceux qui viennent en visite à Baïkonour sont toujours étonnés par l’environnement presque désertique à perte de vue, où la couleur ocre du plat terrain domine, où le ciel est souvent bleu et sans nuages. Un curieux tournis leur saisit la tête, un vertige à perdre pied les envahit devant l’immensité de l’ocre steppe à l’infini. Trois groupes se départagent dans quatre limousines qui emmènent les hommes de l’espace, par l’ocre route parsemée d’herbe sèche, sans arbres à l’horizon jusqu’au restaurant « Tchaïka », à une vingtaine de minutes du centre d’étude et d’entraînement des cosmonautes de Baïkonour. Les douze hommes montent les uns près des autres les quelques marches en marbre d’un long perron et pénètrent dans le hall du restaurant. Des jeunes femmes habillées en uniforme chemisette blanche et jupe bleu-nuit avec un petit tablier blancs et un bavolet blanc également dans les cheveux, leurs souhaitent la bienvenue. Elles les connaissent tous, mais mieux tout de même, leurs compatriotes.
- Bonjour les garçons, venez rentrez, dehors il fait si chaud, ici l’air conditionné vous fera du bien !
- Bonjour, bonjour mesdemoiselles ! Répondent les cosmonautes russes, comment allez-vous, comment vont les affaires, êtes-vous de bonne humeur…
- Mais oui tout va bien venez dans la grande salle, nous avons installé deux longues tables pour que vous soyez tous ensemble et à l’aise.
- Dans la grande salle, les fenêtres donnent sur la steppe d’un côté, au-dessus des fenêtres se trouvent des rebords en prolongation du toit qui protègent aussi bien de la pluie que des rayons chauds du soleil. Sur la longue table plusieurs petits bouquets de fleurs, une nappe exagérément rouge. La chaleur extérieure est atténuée par les ventilateurs et l’air conditionné ainsi que l’atmosphère tamisée de la salle aux rideaux épais en velours bleu. De l’autre côté, à travers des fenêtres on aperçoit les hangars et les rampes de lancement des fusées aux colonnes métalliques. Une serveuse arrive et dit :
- Vous retournez au travail vers quelle heure ?
Et la réponse unanime est traduite par Mikhaïl Avkcentiev :
- Galia, Ne plaisantes pas avec ça ! (с этим не шути Галя !)
- Cela veut dire que vous ne travaillez pas cet après-midi, si j’ai bien compris ? Dans ce cas vous voulez faire le lunch à la russe, n’est-ce pas ?
- Tu as tout compris Galia, notre Galina ! Apporte tout ce que vous avez de bon et mets tout ça sur la table, nos amis ont l’habitude et c’est ce qu’ils aiment le plus, choisir dans la multitude !
S’exclame Sergueï Koniakov et Galia demande :
- Oui d’accord, mais qu’allez-vous boire ?
- Nous allons boire ce que les cosmonautes boivent lorsqu’ils sont sur terre, apporte-nous vodka et vin du Caucase et des jus de fruit, cassis, orange et un peu d’eau gazeuse, vous êtes d’accord les gars ?
Là, même les Français, l’Anglais, l’Allemand et les Américains répondent :
- Da ! davaï, c’est bien ce que nous voulons – yes we’ll have that…
Ils connaissent tous le restaurant « Tchaïka » et d’après leurs expériences passées dans cet endroit, loin de tout, c’est là qu’ils se sentent le mieux. Ils savent que les serveuses vont apporter toutes les zakouskis disponibles et que des plats chauds suivront, des plats de toutes sortes, il ne restera qu’à choisir. Alors Galia, Valia, Katia, Sveta, Irina, Natacha, Macha, Nadia, Liouba, chacune apporte quelque chose, dans des plats qu’elles dévoilent en les posant sur la longue table, quant au sommelier Alekseï, il les suit et apporte dans un beau panier en osier quatre bouteilles de vin de Géorgie, plus quatre bouteilles de 75cl de vodka et une bouteille de whisky. Dans la salle spacieuse, autour d’eux quelques jeunes gens du site de Baïkonour avec des camarades de travail ou d’autres avec leur compagne se regardent dans les yeux et discutent tranquillement. Le restaurant est loin d’être bondé et les serveuses ainsi que le personnel en cuisine, tous se mettent au service des cosmonautes.
Ariane_5_liftoff_on_flight_VA222_small<a







dislui |
sarivoli |
Lusopholie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Si c'est ailleurs ,c'est ici.
| Histoire et fiction amusant...
| Critica