• Accueil
  • > Archives pour janvier 2015

Tableau des abondances de Dmitri Mendeleiev

20012015

Eléments synthétiques et Tableau des abondances

18

01

2015

Mon petit fils m’a dit qu’il a un devoir sur les éléments naturels et synthétiques! Quelques secondes après, je lui ai montré et mis entre les mains le tableau périodique des éléments, il a été surpris à ma grande satisfaction, il l’examine. C’est une grande joie lorsqu’un enfant obtient une réponse sans qu’il ne pose la question, de pouvoir expliquer que non seulement la Terre mais aussi tout l’univers, tout est constitué des éléments basiques du tableau des abondances de Dmitri Mendeleïev. Quelques cases avaient été laissées vides, d’autres éléments pourraient compléter le travail du savant russe, il l’avait prévu. Bien après sa disparition des éléments non naturels mais basiques ont été élaborés par l’ingéniosité de chimistes, dans les « métaux de transition », « métalloïdes », « halogène » (Uus), métal pauvre (Uuo) et quelques « Actinides ». Une des dernières découvertes est une espèce d’alliage dont la durée de vie ne dépasse pas quelque fraction de seconde – on ne sait pas trop quoi en faire et comment l’utiliser pour l’instant, en tout cas son utilité trouvera peut-être un but très éphémère, comme par exemple déclencher un processus dont l’origine sera totalement effacée, mais qu’on pourra à nouveau activer sachant que l’invention de cet élément synthétique est rentré dans le « Tableau des Abondances », le « Tableau périodique des éléments de l’univers » comme l’avait prévu le génial Dmitri Mendeleïev. Rendons-nous compte, les alliages, les mélanges chimiques et gazeux n’en finissent pas de trouver des applications nouvelles, des applications indispensables à notre vie quotidienne, une richesse toujours croissante.




Dimension imaginaire

20012015

Une autre dimension peut être vraie

31

12

2014

L’autre jour sur la chaîne 24 on a pu voir une émission extraordinaire de Stephen Hawking, le successeur de la chaire de Newton à l’université de Cambridge. Mais ce n’est pas seulement le fameux « Boson de Higgs » qui reviendrait à Dieu, mais plutôt la totalité des particules universelles, pourrait-on dire, mais l’astrophysicien n’est pas de cet avis depuis longtemps. Comment un savant mondialement reconnu pour ses travaux en cosmologie peut-il arrêter sa pensée sur une limite qu’il ne veut pas dépasser. A un certain point, il n’arrive pas à progresser – sa pensée s’arrête, parce que lorsqu’il atteint cette limite, il devrait laisser derrière lui l’emperia, c’est à dire le tout contrôlé, élucidé, vu, vérifié, le savoir expérimenté et aborder l’imaginaire. Pourquoi pas l’imaginaire, puisqu’à cette limite on bute sur l’incompréhension. On ne comprend pas, alors on réfute. Parce que cela conforte une pensée déterministe qui arrange sa propre conviction ? « Il n’y a pas de place pour Dieu dans la création de l’univers. L’univers s’est créé tout seul. Dieu n’est pas assis sur le bord de l’univers pour le contempler » etc. Quand on a effectivement expliqué après des évaluations mathématiques complexes l’existence des trous noirs dans l’univers, puis qu’on se projette sur le multivers, la théorie des cordes dans laquelle on conçoit des univers qui dépassent les quatre dimensions, pourquoi pas cinq, jusqu’à dix dimensions – c’est le cerveau de l’être humain qui conçoit ces éventualités et l’on peut même infléchir les mathématiques les orienter sur ses propres suppositions. Donc c’est de l’imaginaire. Mordehaï Milgrom le prouve assez simplement avec des fluctuations particulières modifiées dans les théories newtoniennes universellement reconnues et appliquées. Comment un savant parmi de nombreux savants peut-il s’arrêter au big bang sans essayer de pousser l’investigation plus loin. On peut néanmoins avancer des suppositions, il n’y a aucune interdiction scientifique à cela, essayer d’y voir quelque chose dans l’espoir de découvrir ce qui se cache avant. Même dans la théorie des cordes avec de nombreux big bang suivis de big Crunch, théorie imaginaire ou mathématiquement orientée, comment, avant l’explosion qu’a été le big bang, qu’elle eût été seule ou démultipliée en d’innombrables, c’était le néant d’accord, mais pourquoi, y avait-il un « quark » et dans quel « environnement » se trouvait-il ce quark ? A partir de là, certaines suppositions peuvent être énoncées. Essayer d’aller aussi loin que dans des recherches, des investigations pré cosmiques impossibles, c’est atteindre l’imaginaire qui a toute sa place à ce moment là, même si la preuve cartésienne n’est pas encore obtenue. Les bouddhistes ont à ce stade leurs mots à dire comme, tout ne serait qu’un éternel recommencement qui passerait par des stades intermédiaires. Si Dieu a créé l’univers et tout ce qui vit, pourquoi éternel recommencement et bien parce qu’il lui faut gérer sa création. Il s’y est attaché et Il ne peut plus s’en défaire, car la mentalité humaine ressemble à la Sienne, c’est Lui qui l’a voulue ainsi. Avant c’était l’intemporel, mais un intemporel peut-être contrôlé. En pénétrant dans l’imaginaire spirituel, on entre dans une « autre » dimension, laquelle on ne sait pas trop, mais il s’agit bien d’une autre dimension différente de celles qui nous gouvernent. Déjà avant le big bang, tout le monde en convient il s’agissait d’une autre dimension. Admettons que cette dimension faisant partie de l’imaginaire soit répandue à tous les critères du principe de réalité – cette dimension « pourrait » devenir réelle. Dans cet imaginaire le « quark » initial immensément dense et chaud a explosé dans un environnement extra dimensionnel et s’il y a un « grand Architecte » c’est peut-être là qu’Il se trouve et non pas assis sur le bord de l’univers. On ne peut en aucun cas, lorsqu’on a une intelligence exercée affirmer « qu’il n’y a pas de place pour Dieu dans la création de l’univers » ; comme lorsqu’on dit communément, je n’ai pas vu de dieu, alors il n’existe pas. Une telle affirmation est très prétentieuse, une affirmation qui vient d’une personne imbue d’elle même parce qu’on l’a reconnue savante. Une personne qui n’arrive pas à imaginer face à l’impossible n’est plus aussi savante qu’on le croit. Le malheur que chaque être vivant rencontre inévitablement dans sa vie, n’implique pas nécessairement l’inexistence de Dieu. Comme sous entendent toutes les religions, chaque particule est Dieu. L’intransigeance est néfaste, même un athée et encore plus un agnostique admettrait que dans le domaine de l’imaginaire, il peut y avoir des explications « d’une étonnante clarté »! Une dimension imaginaire ne doit pas être écartée, car elle pourrait devenir possible au-delà de convictions personnelles.

Selon une Canadienne l’univers est immuable:

http://www.nouvelordremondial.cc/2015/02/28/etude-lunivers-peut-ne-jamais-avoir-eu-de-debut/

Wladimir







dislui |
sarivoli |
Lusopholie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Si c'est ailleurs ,c'est ici.
| Histoire et fiction amusant...
| Critica