Météorites, fragments de corps et objets célestes dangereux pour l’aviation

21052011

Une réflexion simple peut expliquer (peut-être) un phénomène rare mais possible. Un avion gros porteur avec passagers et équipage s’abime dans l’Atlantique. L’avion survolait une zone orageuse de forte turbulence.

Les scientifiques savent que notre Terre reçoit d’une manière quotidienne à sa surface entre 100 tonnes et 1000 tonnes de météorites plus ou moins importantes. Ces corps célestes peuvent être de diverse nature, de la poussière fine de la taille de la pointe d’une aiguille, des pierrailles de roche et de minerai de petites taille jusqu’à de grosses météorites qui n’ont pas eu le temps de se consumer dans les hautes couches atmosphériques, où normalement ils brûlent totalement entre 70 et 40 km d’altitude.

Parfois la totalité de la matière n’est pas consumée, ce qui entraîne une retombée sur Terre de météorites bien plus importantes qu’une poussière jusqu’à des météorites de plusieurs tonnes. Les plus grosses météorites peuvent être détectées, comme celles qui par leur impact sur Terre peuvent détruire des surfaces équivalentes à celles que pourraient détruire des dizaines ou même des centaines de bombes atomiques, mais cela n’arrive que tous les deux cents millions d’années. Les avions traversent quotodiennement une zone très spécifique, celle de l’équateur. D’ailleurs, les corps et objets célestes proches de notre planète se concentrent justement beaucoup plus au-dessus de l’équateur, du simple fait que la vitesse de déplacement des régions équatoriales due à la rotation terrestre est incomparablement et proportionnellement plus élevée qu’aux pôles nord et sud selon la gravité terrestre et la force centrifuge même faible. Ce fait gravitationnel est réel et il est explicite en constatant simplement les autres planètes de notre système solaire comme Saturne avec ses anneaux, mais aussi Uranus et Neptune. Selon les astrophysiciens des météorites peuvent aussi s’échapper de leur champ gravitationnel qui les lie à leur planète et traverser la ceinture d’astéroïdes pour s’échouer à la surface de la Terre. De plus certaines statistiques établissaient déjà en 1990 que plus de 6000 objets célestes, comme boulons, poubelles, réservoirs et diverses pièces de fusées se trouvent en suspension en haute stratosphère, prêts à foncer vers la surface de la Terre. En 2011 plus de 20000 corps et objets célestes de même nature gravitent autour de notre planète et se trouvent surtout au-dessus de l’équateur. Ils représentent un grand danger pour les avions pour une raison très simple. Une météorite de 7,5 cm a touché un adolescent de 14 ans à Munich le 13 juin 2009 alors que le garçon se rendait à l’école. Il a été blessé légèrement. Il affirme que la météorite aurait tout brulé sur son passage, et celle-ci s’est enfoncée dans la terre. (Daily Telegraph). Des faits analogues se perpétuent quotidiennement la plupart du temps sans blesser quiconque. Une météorite ou un débris de satellite ou de fusée aurait davantage de probabilité de toucher un avion dont la surface planaire est de 100m2 à 700m2 qu’un individu d’environ 0,2m2 !

Des météorites qui frappent la Terre pendant les périodes des Perséides, les Delta Aquarides et autres périodes, aux objets largués par l’Homme dans l’espace autour de la Terre, présentent certainement un danger qui en toute logique semble réel. Ces objets filent à 40 km seconde et peuvent percuter des avions en vol en détruisant instantanément tout ce qui se trouve autour de la zone d’impact, comme les circuits éléctroniques, mécaniques et radio, rendant l’appareil dramatiquement injoignable et fatalement neutralisé …    

                                                                                                                         Wladimir Vostrikov 







dislui |
sarivoli |
Lusopholie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Si c'est ailleurs ,c'est ici.
| Histoire et fiction amusant...
| Critica